• J'avais prévu de retourner au cinéma cette semaine et c'était le seul jour de la semaine ou je le pouvais donc je n'ai pas hésité ! Je suis donc allée voir 'les invisibles' dont les critiques étaient très bonnes.

    A noter les performances d'actrices de Audrey Lamy que je n'ai pas reconnu -en me disant souvent 'mais je la connais, mais qui Est-ce ?' suis-je douée lol Corinne Masiers qui joue dans la série policière Capitaine Marleau que j'adore et qui a donc parlé de son vécu de sans domicile fixe Noémie Lvovsky qui joue une bourgeoise et que j'aime tout particulièrement Deborah Lukumuena que je ne connaissais pas et qui joue très bien !

     

     

     

    Je ne vous raconte pas de quoi il s'agit, je pense que vous le savez tous ? je vous mettrais le lien à la fin de l'article pour celles qui ne savent pas ce qu'il en est.

    Juste savoir que les dysfonctionnements et difficultés de maintenir ouvert un centre social d'accueil sont très bien montrés.

    Les critiques disaient qu'on riait tout le temps, bah je n'ai pas trouvé ça particulièrement drole et la salle non plus .. il y a des notes d'humour oui et des moments cocasses ou on esquisse un léger rire mais pas de quoi s'éclater de rire comme il était dit ..... Quant à pleurer, non plus, enfin je n'ai pas pleuré mais j'ai trouvé ça émouvant et parfois bouleversant, ça oui.

    Le mélange des comédiennes professionnelles et des comédiennes amateures dont certaines se sont inspirées du quotidien de leur vécu de sans domicile fixe se fait naturellement, spontanément et on ne distingue vraiment pas les professionnelles des autres !

    La justesse et la sincérité des femmes est belle, touchante, émouvante.

    Il y a beaucoup d'humanité, de cœur, d'humour aussi et la solidarité qui se tient entre les murs protecteurs de l'Envol est belle, on aimerait que d'autres lieux existent pour ces femmes qui en ont tant besoin !

    Tout le contraire de la violence de la rue qui est très bien montree et qui est très poignante, représentée par ces silhouettes usées qui trimballent dans leurs gros sacs toute leur vie ... ou la destruction des tentes et des abris des sans-abris .. ou encore cette agression sexuelle suggérée ..

    On est touché(e) en plein fouet du côté désemparé, désabusé, épuisé de ces femmes qui sont à la rue et qui essayent de s'en sortir. De la rue, dans la recherche d'un emploi, dans une stabilité qu'elles peinent à trouver ..

    Quand bien même le film est triste parce qu'on a l'impression que tout cela est une goutte d'eau dans l'océan et qu'il faut à chaque fois tout recommencer, il faut retenir un des messages essentiels que veut souffler le film : l'action est importante et l'action commune, le vivre ensembles, la solidarité, prendre son destin en main, trouver une solution quoi qu'il en soit de la situation ..

    Quant au petit +, il faut savoir que le réalisateur qui a 34 ans est celui qui a réalisé le film Discount (diffusé à la télévision hier soir) en 2015 a passé un an bénévole en centres d'accueils pour femmes à Grenoble et Paris pour comprendre et trouver le ton juste.

    Il a également demandé aux comédiennes d'en faire autant.

    Le film a été inspiré d'un documentaire 'Femmes invisibles. Survivre dans la rue' sorti en 2015. Et d'un livre sur les femmes sans abris 'sur la route des invisibles. Femmes dans la rue'. Editions Michalon. Auteur : Claire Lajeunie. Sorti en 2015.

     

    Nous étions 28 dans une salle de 100


    3 commentaires
  • Vendredi dernier, je suis allée au cinéma voir 'le retour de Mary Poppins' car j'avais envie de divertissement et d'un film joyeux et optimiste et je n'ai pas été déçue !!

    Certes, le film est un peu long, 2h15 et j'ai trouvé l'idée surprenante de commencer par le générique que j'ai trouvé un peu long, mais à part quelques longueurs et un son beaucoup trop fort, j'ai vraiment aimé ce film coloré, qui dégage une énergie positive, qui est dynamique, pétillant, émouvant avec cette famille qui se bat pour trouver des solutions, ces trois enfants qu'on a envie d'embrasser et emplis de bons sentiments envers leur père et s'aimant tous les trois, de la douceur, ça fait du bien ;)


    Les chorégraphies, les mises en scène ont tout de l'influence de Broadway et sont pour certaines spectaculaires et entrainantes ! Je pense tout particulièrement à la danse des falottiers qui sont les ramoneurs d'avant ou à la danse avec la cousine Topsy jouée par Meryl Streep qui donne un rythme entrainant, jazz et swing !! cool 

     

     


    Les costumes et les décors sont superbes également !


    J'ai bien aimé me retrouver dans le parc, la rue des cerises, la maison du premier Mary Poppins et j'ai bien aimé l'ambiance de Londres dans les années 30 et les paysages de brume également ..


    Il y a des références cinematographiques et culturelles à qui sait les voir comme pour les vélos volants et la référence à E.T. ou bien le Petit Prince et les allumeurs de réverbère ou encore celui qui grimpe sur une horloge m'a fait penser à un film de Charlie Chaplin. Il y a aussi pas mal de clins d'oeil et de références au premier Mary Poppins.


    J'ai versé ma petite larme parce que le film évoque la perte d'un être cher et les chansons qui sont simples et justes avec des morales peuvent être lues philosophiquement ou à double sens à qui sait le saisir ! 


    N'oublions pas les effets speciaux avec des scènes epoustouflantes comme le pays de la porcelaine ou le monde aquatique de la baignoire ;) Fallait y penser ;)


    Ma seule déception, c'est la 'remplaçante' de Julie Andrew qui était donc l'originale Mary Poppins et qui là est jouée par Emily Blunt que j'ai trouvé froide et réservée et je préférais vraiment mieux la première qui était pétillante et chaleureuse !


    J'ai bien aimé revoir Angela Lansbury qui est la dame aux ballons, cette scène est très poétique et l'actrice a joué dans l'univers d'Harry Potter et dans la série policière Jessica Fletcher !


    Un petit bémol aussi pour l'absence de chansons 'fétiches' qu'on pouvait retenir lors du premier Mary Poppins, là en sortant, aucune ne reste à fredonner, c'est dommage !

    mais si vous aimez les comédies musicales, alors n'hésitez pas à aller voir ce film pendant qu'il se joue encore car vraiment vous ne regretterez pas d'aller au cinéma ;)

    Nous n'étions que 7 dans une salle de 100 places,

     

     

     

     


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires